Dans notre belle région d’Aquitaine… Pardon de Nouvelle-aquitaine (je vous avoue que j’ai du mal à me faire à ce nouveau nom), le moins que l’on puisse dire c’est que nous ne manquons pas de lieux de promenades.

Ce samedi soir pour les journées du patrimoine : direction Saint-Emilion, classé patrimoine mondial de l’Unesco. ci-dessus la vue panoramique depuis le parapet de la terrasse au pied du clocher de l’église monolithe.

N’hésitez pas à faire un petit détour à l’office du tourisme, en haut du tertre, à l’entrée du cloître ; l’histoire locale est extrêmement riche et de nombreuses visites guidées sont proposées. Nous vous conseillons particulièrement celle de l’église monolithe, d’autant que celle-ci n’est pas accessible en visite libre.

De notre côté, nous commençons par un petit arrêt à la boulangerie de Nadia Fermigier, qui détient l’authentique recette des macarons de Saint-Emilion. Pour profiter au mieux de ce savoir-faire, mon petit conseil perso est de les consommer rapidement. C’est un biscuit délicieux mais fragile, en particulier par temps humide (ils se ramollissent car ils sont sensibles à l’humidité). Ceci dit, à la maison, personne ne se fait prier pour finir la boite.

Nous poursuivons ensuite au hasard des rues et au gré de notre humeur, tout en dégustant nos macarons. Les points de vues et les monuments ne manquent pas. Le charme des vieilles rues pavées opère rapidement.

A la nuit tombée, avec les éclairages colorés, l’ambiance devient magique et festive. Un superbe feu d’artifice sera tiré à 23 heures ; en attendant, nous continuons de profiter de cette soirée fraîche mais magique…

La maison de la Cadene à colombages, s’étire le long de la porte de la Cadene.

 

L’église monolithe est exceptionnellement en visite libre pour ces journées du patrimoine. De nuit, l’ambiance est tout à la fois fantomatique, émouvante et magique… l’esprit des lieux nous transporte dans d’autres temps.

Il est temps de rentrer, nous passons devant le magnifique portail de la mairie, avant de reprendre la route pour Bordeaux avec un dernier regard…

…pour les vestiges de la muraille de l’ancien monastère Dominicain datant du XII°s.

 

dictum vel, commodo Aliquam non Curabitur tristique Nullam